top of page

L’art de la manipulation

 

 

Souvent on entend parler des relations toxiques, des pervers narcissiques, des personnes manipulatrices. Nous pouvons les rencontrer partout, que ce soit en couple, au travail, en famille.


Ils peuvent nous subjuguer, nous dégoûter ou nous faire peur... Tantôt « Docteur Jekyll et Mister Hyde ». Sous leurs airs d'hommes ou de femmes parfaits, ils humilient leurs proies, dévalorisent, culpabilisent leurs victimes.

Elles ont toujours le même profil : des personnes pleines de vie, de joie, qui aiment aider et sauver les autres, mais qui manquent de confiance en elles sur certains points.


Le plus difficile est d’ouvrir les yeux et d'accepter que des personnes qui nous sont proches (père, mère, mari, ...) ne nous aiment pas réellement et pourtant, voilà ce que pourraient écrire ces personnes :

 

« Cher pantin »,


J’aime ce que tu fais pour moi en réglant mes problèmes, en résolvant mes histoires, en soulageant mes douleurs. Le pouvoir que tu me donnes quand je profite de tes qualités en bouffant ton énergie en me consacrant tout ton temps, toute ton attention, en argumentant chaque parole que tu dis, chaque geste que tu fais jusqu’à ce que tu sois épuisé si tu oses me tenir tête. Je prends plaisir à te faire sentir mal car cela me fait me sentir mieux. J’aime te faire ressentir que sans moi tu es une moins que rien, que ta vie ne tourne qu’autour de moi.


J'aime te faire douter de toi-même et remettre en question ta santé mentale, de décider de ce qui est juste et bon pour toi, parler à ton entourage à ton insu, en leur expliquant que tu ne t’occupes pas de moi, que tu es un(e) mère/père, un(e)femme négligeant(e), en leur expliquant que ta santé mentale est fragile, qu’elle ne tient qu’à un fil. Je retourne toujours tes propres arguments contre toi avec de belles tactiques manipulatrices, je prends plaisir à te faire souffrir, à te faire passer pour un(e) dingue.


« Je t’aime » parce que j’ai besoin de toi, tu m’appartiens. Tu es mon objet, ma possession, mon jouet je fais de toi ce qu’il me plait. J’ai besoin de quelqu’un que je peux user jusqu’à épuiser son essence même, lui faire oublier sa propre identité. J’augmente lentement mes attentes envers toi, alors que les tiennes déclinent progressivement. Je me transforme en victime quand tu veux mettre en avant un de mes nombreux défauts de personnalité ou comportements nocifs, je te dis que c’est faux, que tu utilises l’effet miroir. Alors je me délecte de ton regard rempli d'échec, de la déception sur ton visage. « Je t’aime », signifie l’amour de la haine que j’ai pour toi. Je m’aime par procuration à travers l’amour que tu éprouves pour moi.


J’aime la façon dont mon bonheur dépend de toi. J’aime ce que je ressens quand tu es près de moi. J’aime comment je peux me transformer en victime quand tu essaies de mettre en avant un de mes nombreux défauts de personnalité ou comportements nocifs.


Je suis sûr que tu ne me quitteras pas parce que je t’ai tout pris, je t’ai rendu dépendante et fais perdre la foi que tu avais en toi. Les promesses que je t’ai faites, tu ne les obtiendras jamais, mais te font rester auprès de moi.

Tu ne me changeras pas et au fond de toi tu le sais.

 

Jusqu’à ma mort,

« Ton bourreau. »

 

La kinésiologie peut aider les personnes victimes de ses manipulations et donner des clés pour se relever et éviter de retomber dans ces schémas.

 

Vanessa Dupuis


 

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page